Comment recréer les conditions de l’équilibre écologique ?

Restaurer l’équilibre écologique n’est pas une mince chose à faire, mais ne constitue pas une mission impossible. Il s’agit, en premier lieu, de comprendre les écosystèmes, d’identifier les problèmes afin de les résoudre. Par ailleurs, recréer les conditions de l’équilibre écologique exige une prise de conscience globale et la prise de responsabilité de chacun de nous.

Quelles sont les menaces de l’équilibre écologique

L’équilibre écologique n’est autre que l’équilibre naturel, au sein d’un écosystème spécifique, entre les êtres vivants et leur environnement, notamment sous l’angle de la chaîne alimentaire. Si, par exemple, le climat est favorable aux forêts, la végétation sera amplement suffisante pour assurer la multiplication des herbivores. À leur tour, les prédateurs carnivores ne manqueront pas de chasses et pourront agrandir leur effectif. Dans le cas contraire, un climat aride entraîne la disparition petit à petit de la végétation, des herbivores et puis des prédateurs. Il en est de même pour les milieux marins et d’eau douce. Plus l’eau est saine et suffisante, plus les espèces aquatiques seront abondantes et les pêcheurs satisfaits. Malheureusement, il n’est pas toujours ainsi et la situation n’a fait que se dégrader au fil des années. Nombreux sont les facteurs qui menacent l’équilibre des écosystèmes et, globalement, de l’écologie. La pollution, de tous les types, est la cause première du déséquilibre écologique : la pollution de l’air entrainant les trous dans la couche d’ozone, le dépôt des particules nocives dans le sol et les eaux nuisant les organismes vivants ; la pollution de l’eau empoisonnant les espèces marines, d’eau douce et tous les prédateurs. L’introduction des espèces étrangères envahissantes dans un milieu autre que leur milieu naturel modifie l’écosystème hôte. L’évolution des habitats et la surexploitation des espaces par l’homme entraînent aussi un grand déséquilibre écologique.

Les solutions pour rétablir l’équilibre écologique

Tout doit partir du niveau individuel pour adopter les pratiques et un mode de vie écologique.
• Limiter la pollution et la surexploitation des ressources naturelles et des énergies fossiles doit être une priorité de premier ordre. L’utilisation des produits chimiques en industrie comme en agriculture est à restreindre, voire à bannir. Il en est ainsi de la tuerie massive et sans distinction des insectes entraînant la disparition des insectes utiles, entre autres les abeilles et bourdons.
• Il convient aussi de punir sévèrement le déboisement et la déforestation, des pratiques destructeurs qui tendent à priver ou chasser les animaux de leur habitat naturel. La rareté des forêts a un impact considérable sur le climat, un effroyable cercle vicieux ! Le déséquilibre écologique qui en résulte est le plus difficile à reconstruire.
• En outre, la réduction de la pollution de l’air aura pour effet de ralentir les changements climatiques et ainsi de rétablir les conditions naturelles des écosystèmes.
• Modérer l’urbanisation empêche la destruction du milieu naturel et permet de sauvegarder les vies sauvages. Car seule la préservation des écosystèmes permet d’atteindre notre fin, il est préférable de maintenir l’équilibre écologique tant que possible.
• La création d’aires protégées dans différentes zones, ou divers écosystèmes est la solution ultime pour recréer les conditions d’un équilibre écologique. Un exemple d’action : la réintégration de prédateurs pour réduire la population des herbivores.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *